L'Express interroge Michel Bussi sur ses passions

Delphine Peras, journaliste à L'Express, a interrogé Michel Bussi sur ses passions : sa plus grande passion, sa passion secrète, la passion typiquement française... 

Une passion de jeunesse ? 

J'étais fan de jeux de mots et de calembours. J'en inventais plein, des anagrammes, des assonances, pas mal de trucs foireux aussi, pour faire marrer les copains. Je remplissais des carnets entiers, et je me voyais même en faire mon métier plus tard, à la façon de Stéphane De Groodt. 

Une passion secrète ? 

La chanson française dans ce qu'elle a de plus divers, aussi bien la chanson à texte que la variété populaire, et des interprètes très fleur bleue: Michel Fugain, Joe Dassin, Jil Caplan, Les Innocents, Lio. Les vieux morceaux de Téléphone, de William Sheller. Je me surprends parfois à les fredonner en écoutant Radio Nostalgie, et j'ai chez moi pas mal d'albums ringards. 

Une passion que vous ne comprenez pas chez les autres ? 

Tout ce qui touche aux travaux manuels, type bricolage ou jardinage. Je ne comprends pas ce besoin de réparer sa voiture, de raboter, de planter des clous, de passer du temps sur ses plates-bandes. Pour moi, ça relève de la corvée. Sans doute ai-je été traumatisé, enfant, de devoir arracher les mauvaises herbes dans le jardin familial! Heureusement, c'est ma femme qui s'occupe du nôtre aujourd'hui... 

Découvrir l'intégralité de l'interview sur le site de L'Express